Le Choix de Bintou

texte de Yann N. Diarra, dessins d'El-Hadj Sidy Ndiaye et Aly Sidy Mbar Faye, édité par Enda Tiers Monde - BP 3370, Dakar, Sénégal ; tél (221) 822 42 29 ; email : seatenda.sn

 

Bintou et les exciseuses

Une histoire très réaliste sur un sujet tabou, joliment racontée et mise en images.

 

L'histoire commence dans un petit village de Casamance, la province méridionale du Sénégal. Ayant découvert qu'on va prochainement les exciser, Bintou et ses deux cousines Awa et Adama imaginent un stratagème pour échapper aux ciseaux de la matrone. Elles demandent au forgeron de leur fabriquer l'équivalent d'une ceinture de chasteté sous la forme d'un pagne métallique équipé d'un cadenas. Abusées par leur mère, deux des fillettes finiront par subir l'ablation du clitoris. Victime d'une hémorragie, l'une d'elles manquera d'y laisser la vie.

Acte suivant les fillettes sont devenues des adultes. Awa a épousé son cousin Baba. Ce mariage d'amour tourne rapidement au vinaigre: la jeune femme refusant les rapports conjugaux, son mari prend une deuxième épouse. Awa, cependant, tombe enceinte. File donne naissance à un beau bébé, mais l'accouchement est Si délicat qu'elle tombe dans le coma. Le médecin explique alors à Baba que les complications sont liées à l'excision qu'a subie Awa. C'est également pour cette raison qu'elle évitait de se donner à lui chaque relation sexuelle était un calvaire.

Qu'on se rassure, l'histoire se termine bien, et même très bien. Car, au village, le drame d'Awa - qui, finale ment, s'en sort - a précipité la prise de conscience de la communauté. Depuis plusieurs années, Bintou, l'héroïne éponyme du livre, mène une lutte inlassable pour convaincre les femmes d'abandonner une pratique d'un autre âge. L'imam de son côté. explique que l'islam encourage ce qui favorise la santé et le bien-être : la circoncision, oui ; l'excision, non. Et puis, au Sénégal, comme dans une dizaine d'autres pays africains, les mutilations génitales féminines sont désormais punies par la loi. Symbole de l'évolution des mentalités, Musokoroba, l'ancienne exciseuse. a réussi sa reconversion. Elle aide désormais les femmes à accoucher.

On l'aura compris, ce récit présenté sous forme de bande dessinée répond à un projet éminemment pédagogique. Plusieurs professionnels de la santé figurent d'ailleurs parmi les personnes remerciées sur la page de garde. L'éditeur, l'association Enda tiers monde, de Dakar, multiplie depuis vingt-cinq ans les initiatives en faveur d'un développement axé sur les besoins du plus grand nombre. Cet album intelligemment conçu rappelle toutes les données du problème, qu'elles soient médicales, culturelles ou juridiques. On lui souhaite la plus large diffusion possible à travers ce continent ou' 2 millions de fillettes sont encore excisées ou infibulées chaque année.

Dominique Mataillet

Jeune Afrique, n°2032, 21-27 DECEMBRE 1999